kaki d'orالكاكي الذهبي

 

 

Abderrahmane Kaki

Abdelkader Ould Abderrahmane, dit Abderrahmane Kaki, (18 février 1934, Mostaganem – 14 février 1995, Oran) est un acteur et dramaturge algérien, auteur et metteur en scène d'une vingtaine de pièces de théâtre.

 

Abderrahmane Kaki né à Mostaganem dans le quartier populaire de Tidjitt. Dès son enfance il se développe au contact de traditions culturelles vivaces. L'une de ses grand-mères connaît de mémoire un grand nombre de « kacidate », l'un de ses oncles est mélomane. Il participe aux fêtes populaires auxquels participent les « meddahs », côtoie le maître du chant bédouin Cheikh Hamada dont les enfants sont ses compagnons de jeu. Kaki n'a qu'une dizaine d'année lorsqu'il devient apprenti- « meddah » lors des fêtes scolaires de fin d'année. Il rejoint quelques années plus tard le scoutisme, présentant les sketches qu'il a créés à l'occasion des fêtes musulmanes. Il fait ensuite partie de la troupe de Benabdellah Mustapha. Dans les années 1950 il participe à des stages de formation dramatiques dans le cadre du service de l'Education populaire dirigé par Henri Cordereau. Kaki devient professeur d’art dramatique et fonde sa propre troupe en 1958. Il met en scène alors des pièces de Plaute, Carlo Gozzi, Ionesco, Beckett ou ses propres écrits, 132 ans (1962). Ses premières réalisations, définies par les termes de « théâtre-laboratoire » ou d' « avant-théâtre », articulent étroitement, sous la contrainte qu'impose la modestie de ses moyens, écriture théâtrale et langage scénique. « Nous n'avions pas les moyens de monter nos spectacles », disait Kaki. C'est pour cela que je me suis trouvé dans la nécessité d'inventer des formes ni pauvres ni misérabilistes, mais des formes épurées où le mouvement des acteurs est un langage (...) Je pensais que c'était le spectacle de la « halqa », des souks qu'il nous fallait, un théâtre de fête et de participation ». Dans sa réappropriation de l'héritage des formes de la théâtralité traditionnelle algérienne, Kaki ne s'en réfère pas moins à la démarche de Bertold Brecht, dont il dit avoir reçu « la plus grande leçon », estimant s'être par la suite « libéré de son influence ». « Par la mise au point d'un schéma d'adaptation de la chanson de geste rurale avec ses thèmes puisant dans la mythologie du terroir et le patrimoine araboi-musulman (contes, légendes, récits investis par la chanson de geste rurale), pour raconter sur le mode poético-épique (du malhoun) la présence d'un peuple avec ses valeurs et ses traditions de lutte », écrit en 1981 Sidi Lakhdar Barka, Kaki est ainsi à l'origine de la première expérience d'un théâtre national. Durant la première décennie de l'indépendance algérienne il apparaît le créateur le plus actif et le plus en vue dans le domaine du théâtre, jusqu'à ce qu'un accident de voiture brise en 1968 son ascension. Familier des peintres algériens, Kaki préface en 1964 une exposition d'Aksouh à la Galerie 54 dirigée par Jean Sénac et Khadda réalise en 1974 les décors et costumes de sa pièce Bni kelboun présentée au Théâtre national d'Alger


خــــــــدمـــــات
 

Algiers







metez un j'aime
 
Publicité
 
affiche de la 45 éme édition 2012
 
الحدث الثقافي EVENEMENT
 
من اصدارات المهرجان
 


 
Aujourd'hui sont déjà أنتم الزائر 1 visiteurs (7 hits) هنا
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
Site personnelle conception par BOUZIDI ABDELKADER Tout droits réservées – webmaster Bouzidi abdelkader